Home Divine Rites Records What's new ? Radio Birdman The New Christs The New Christs Deniz Tek Citadel Records Citadel Mail Order Related Bands Interviews and Articles Reviews from the crowd Noise For Heroes Sounds Mailing list Links Thanks list

The Other Side : Abus dangereux #face U - April/Mai 1991

An article by Jim Wylie traducted by Fuzz from Outta Space, and originally published in Heartbeat #11

A l'inverse de ce que beaucoup de gens pensent actuellement, Radio Birdman n'eut jamais de succès de son vivant.
Leurs influences hard rock Américain étaient en effet loin d'être à la mode dans le Sydney du milieu des années 70, période à laquelle ils commencèrent à sévir,et ce n'est qu'avec la cassure de la vague punk fin 76 qu'ils réussirent à attirer quelques personnes à leurs concerts.

A cette époque,ils sont pourtant lemeilleur groupe à se produire et à jouer un rock'n'roll rapide et excitant.

Et dans ces années de bouleversements dans le monde du rock, il ne semblait pas important qu'ils n'aient pas les cheveux hérissés ou qu'ils ne vantent pas l'anarchie.

Pendant leur toumée européenne, beaucoup de la fureur Birdmanienne semblait avoir disparue et beaucoup de nouveaux groupes apparurent dont le style s'accordait plus étroitement avcc la vague Punk / New Wave venant d'Angleterre.
Le Punk perdait alors une bonne part de son fun tapageur et commencait à s'autoanalyser et à se consolider, comme il le fit dans d'autres pays.

Les critiques se mirent à médire sur les sinistres implications des brassards militaires de Radio Birdman et de leurs saluts poings fermés,et aussi loin que la presse musicale fut concernée, leur nom était synonyme de «Detroit».

Les maîtres à penser de la New Wave étaient méprisants envers les durs à cuire fidèles à Birdman qu'ils considéraient comme des crétins finis et les pressions pour abandonner le groupe étaient telles que lorsque les différents membres de Radio Birdman revinrent d'Europe après leur split, ils découvrirent que peu de leur public local leur était resté fidèle.

Chris Masuak (rythm guitar) s'enrola alors dans les Hitmen de Johnny Kannis où il fut rapidement rejoint par Warwick Gilbert (basse). Deniz Tek (lead guitar), Ron Keeley (batterie) et Pip Hoyle (claviers) s'associèrent avec Mark Sisto et Steve Harris pour fonder les Visitors.
Rob Younger fonda son propre groupe The Other Side, un des meilleurs combos de Sydney mais également le moins connu. Voici leur histoire...

Des quelques rares fidèles de Radio Birdman qui restaient quand The Other Side commenca à jouer, la plupart semblaient graviter autour des Hitmen et des Visitors. Pourquoi ? C'est difficile à dire mais il y avait en gros cinq raisons.

  • Premièrement, il y eut trois groupes qui émergèrent des cendres de Radio Birdman et qui jouaient à la même époque et parfois le mêmesoir.
  • Deuxièmement, les Hitmen s'étaient déjà forgés une image de marque et conquis un public.
  • Troisièmement, les Visitors et les Hitmen avaient chacun dans leur rang plus d'ex Birdman que The Other Side.
  • Quatrièmement, ils étaient totalement inconnus des clubs et avaient donc beaucoup de mal à trouver des engagements.
  • Et cinquièmement, la presse musicale les ignorait complètement.
Pour être tout à fait juste, il faut dire que les Visitors ne menaient pas non plus une vie de rêve mais il fallait en blâmer Tek et Hoyle qui ne pouvaient pas consacrer beaucoup de temps au groupe à cause de leurs études musicales.
Certaines personnes disent également que The Other Side était redevable de son manque de succès au fait qu'ils ne faisaient que des reprises mais je suis sûr que toutes personnes qui les entendraient aujourd'hui s'étrangleraient à cette idée.

Je défie également toute personne de venir avec un meilleur choix de reprises que la leur (voir liste de chansons) et la manière dont il les jouait était réellement quelque chose.

Rob : "Nous ne jouions pas ces chansons fidèlement, nous les dépouillions de leur structure".

Quelques-unes de leurs vieilles influences de Detroit étaient toujours représentées (MC5, Stooges, Blue Oyster Cult, Alice Cooper étaient tous repris) mais la plupart de leurs covers étaient plus ou moins des classiques des années 60 (bien avant la vague revivaliste) et leurs originaux, bien qu'en petit nomhre étaient d'excellents morceaux. «Summertime World», morceau d'inspiration surf au rythme soutenu, était un des grands moments de leurs concerts.

Quelques traces du vieux style Birdman ont pu demeurer mais toutes les connotations militaires avaient disparu et la musique était simplement du bon Rock'n'Roll jobard.

Les autres membres du groupe étaient également des musiciens très capables. Charlie Georgees était un guitariste démoniaque qui savait jouer des solos torrides aussi facilement que d'autres tombent des arbres et Mark Kingsmill était -déjà à l'époque- l'un des meilleurs batteurs du coin.

Tous les deux venaient des Hellcats, un groupe sauvage inspiré par les New York Dolls et menés par Ron Peno -l'actuel chanteur de Died Pretty- qui avait l'habitude de faire les premières parties de Radio Birdman à l'Oxford Funhouse en 77 et qui splitta quand Radio Birdman partit en tournée outre-mer à la fin de l'année.

Georgees joua ensuite avec les deux premières formations des Hitmen de Johnny Kannis (de novembre 77 à juin 78 puis dans les Aints jusqu'à juillet 78 puis rejoint The Other Side. En 79, il joua à la fois avec The Other Side et les Saints NDT) et rejoignit The Other Side quand Chris Masuak rejoignit les Hitmen à son retour d'Angleterre (Juillet 78 NDT). Comme Georgees, Clyde Bramley le bassiste de The Other Side était originaire du Queensland, et joua également avec les premiers Hitmen et dans d'autres groupes éphémères.

Leur premier concert fut mémorable, il eut lieu avec les Visitors à l'un des plus célèbres club New Wave de Sydney : le Civic Hotel. A ce concert ils utilisaient encore leur nom original : The R4M Quartet du numéro de série de l'armement du bombardier Messerschmidt ME262 que Blue Oyster Cult immortalisa dans leur alhum de 1974 «Secret Traities».
Le rapport était trop obscur pour la plupart des gens.

Rob : "Personne ne compris. Certains pensaient que R4M vouliat dire "Rob for Mark" comme si nous étions ensemble ou quelque chose comme ça. Plus tard, ils furent connus sous le nom de The Other Side".

Leurs meilleurs concerts furent pour Rob leur premier au Civic Hotel et leur second au Bondi Lifesaver, tous les deux attirèrent un public très bon et très réceptif.
Les autres concerts mémorables eurent lieu au Manlyv Flicks où ils jouèrent avec les Visitors et les Lipstick Killers. au Governor Bourke Hotel, à nouveau avec les Visitors et à la Metropole Tavern où leur loge était pleine à craquer.

Malgré la chaleur et le manque d'oxygène, c'était réellement un grand concert avec Rob qui sautait dans le public tout en continuant de chanter.
Puis il y eut le concert au Selinas Clyde était tellement saoul qu'il dû finir le set sur les genoux et où Charlie très déçu de la guitare qu'on lui avait prêtée la fracassa sur les amplis au final (ne prêtez jamais votre instrument à ce mec).

Pendant le concert à la West Ryde, Rob quitta la scène après seulement quatre morceaux jurant de ne plus jamais jouer dans cet endroit, parce que le PA (?) de la salle était trop mauvais.

Au Brighton Sands, ils se sont retrouvés à faire la première partie d'un très mauvais groupe avec un nom ressemblant à Street Level qui venait juste de devenir des légendes dans leur propre quartier après avoir gagné un radio crochet.

En mai 1979, The Other Side partit à Adelaïde avec les Lipstick Killers sur le «Tour De Force» (en Français dans le texte). leur première tournée hors de l'Etat et une bonne occasion d'élargir leur sphère d'influence.

D'après Rob, les Lipstick Killers jouèrent bien à tous leurs concerts mais pour certaines raisons, les performances de The Other Side n'étaient pas à leur meilleur niveau et la tournée fut en définitive décevante pour eux.

Mais le jour le plus noir pour The Other Side fut leur premier concert au Bondi Lifesaver qui s'acheva brusquement quand Rob se fit interpeller par une bande de roadies hostiles.

Le groupe devait faire la première partie de Rose Tattoo, une sorte de Skinhead boogie band de Melbourne et les problèmes commencèrent dans l'après midi quand The Other Side vint pour installer son matos et faire le soundcheck.

Rob : "Les roadies de Rose Tatoo ne voulaient pas entendre parler d'un soundcheck, on s'est pris la tête avec ça mais à la fin, on s'est arrangé pour pouvoir en faire quand même un.
Cela a été dur mais nous avons réussi à avoir un son correct sur scène.
Plus tard, pendant le concert, nous n'avions rien dans nos retours. Nous avons alors commencé à raler mais ils ont refusé de les brancher
".

La voix de Rob n'arrêtait pas d'être coupée et dès que Charlie commençait un solo, il était également coupé.

ARTICLE A SUIVRE ...

Chansons jouées par The Other Side :

  • Joey Ferrary (Good rats)
  • You don't Bug Me (Terry Daly & the Nu Notes)
  • Can't you see me (County & the Colony)
  • 7 and 7 is (the Love)
  • Hard Time Coming (The remains)
  • Hot Rails To Hell (Blue Oyster Cult)
  • Roll Over Beethovebn (Chuck Berry)
  • It's Too Late (New York Dolls)
  • Personality Crisis (New York Dolls)
  • It is my body (Alice Cooper)
  • Love's made a fool of you (The Bobby Fuller 4)
  • Now I got a witness (Roling Stones)
  • Riot on Sunset Strip (Standels)
  • Mainline (Standells)
  • Little Sister (Elvis presley)
  • We say Yeah (Cliff Richard)
  • Rock'n' Roll (Velvet Underground)
  • Gotta keep movin' (MC5)
  • I got a right (Stooges)
  • Sonic Reducers (Dead Boys)
  • Inside looking out (Animals)
  • Summertime World
  • The Dust of the years
  • Heart in Chains
  • New Dreams
  • No Next Time
  • Family Man
Thanks : Rob Younger, Paul Tatz, Harry Butler & Georges Munoz.
Powered by Zope Site designed for Rock'n'Roll v3 © Divine Rites 1996-2002